Le positivisme social d’Auguste comte

Le positivisme est une doctrine philosophique qui a été crée par Auguste Comte. Il considère que l’homme ne peut atteindre les choses en elle-même et que seuls les faits expérimentés ont une valeur universelle. Il y a eu au début le positivisme scientifique, puis le juridique, ensuite le religieux, enfin, le positivisme logique et le néopositivisme.

Domaines influencés par le positivisme

De nombreuses personnes ont été séduites par le positivisme d’Auguste Comte. De ce fait, de nombreux domaines ont été influencés par cette pensée philosophique. La médecine est le premier domaine qui a subit l’influence du positivisme avec des médecins tels que le Docteur Robinet et le Docteur Claude Bernard. Transmis ensuite à de nombreux philosophes tels que Pierre Laffitte, Ernest Renan et Hippolyte Taine, il a également eu une très grande influence sur le Droit. Cela s’est prouvé par l’existence du  mouvement de positivisme juridique. Outre cela, quelques sociologues ont été influencés par cette mode de pensée de Comte. Le positivisme a également exercé quelques influences comme l’enseignement, l’architecture, la polytechnique, la littérature et la linguistique, la politique, l’histoire ou l’économie par exemple.

Critiques du positivisme

Bien que le positivisme d’Auguste Comte ait influencé de nombreux domaines, il n’a pas pu échapper aux diverses critiques. En effet, le positivisme logique a été critiqué par de nombreux philosophes comme Quine et Karl Popper. Quine, par exemple, a réfuté le réductionnisme de Carnap. Il a ensuite établit une loi nommée : loi « Duhem-Quine ». Cette dernière prétend démontrer qu’une expérience ne peut jamais vérifier une seule proposition, mais un ensemble d’hypothèses. Donc cela signifie que le savoir a toujours un caractère global. De son coté, Karl Popper s’est mis à critiquer l’induction sur lequel repose l’empirisme. Pour lui, une induction faite, à partir d’un compte rendu d’expériences ou des énoncés universels et des théories, n’est pas toujours vraie. Ce qui contredit en quelque sorte le positivisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *